LE CONGRES CONTINENTAL OCEANIEN

1° Congrès de la Miséricorde en Océanie :…

Bienvenus à Samoa !

Samoa, une petite île du Pacifique Sud a organisé le 1° Congrès de la Miséricorde pour toute l’Océanie. 3.000 chrétiens venus des îles voisines (de langue anglophone) se sont réunis du 15 au 20 Août dernier pour méditer, prier et partager dans la joie autour de la Miséricorde.

Après 48 heures d’avion, le P.Patrice, Jorge (responsable des Congrès pour l’Amérique du Sud) et moi-même sommes accueillis par Lésina et son équipe. Un « sourire des îles », de la musique locale et des couronnes de fleurs pendues à nos cous : la fatigue du voyage est oubliée ! C’est la nuit mais notre corps n’en ressent pas les effets P.Patrice s’informe des derniers préparatifs du Congrès : lieu du Congrès (la Cathédrale de Apia), le nombre d’inscrits (3.000 personnes)… Le cerveau en compote, je débranche mon attention de l’anglais et j’essaye de deviner ,grâce à la lune qui se reflète sur l’océan, les contours des maisons et du paysage.

Après une bonne nuit (grâce au somnifère) et un petit déjeuner aux fruits exotiques, nous contemplons la baie où est installé l’hôtel qui nous héberge. Il est situé à l’opposé de la Cathédrale, repeinte fraîchement en blanc et rouge pour l’événement. Mgr Allapati Mataeliga, accueille les congressistes avec le sourire des îles. Ses yeux expriment la bonté et mettent tout de suite en confiance. Ici le contact se fait simplement et chaleureusement. Un regard suffit : nous faisons déjà partie de la grande Famille des « amoureux de la Miséricorde » d’Océanie !

Les conférences vont se succéder avec des intervenants très différents. Tous abordent le thème de la Miséricorde sous un angle différent car les expériences sont multiples. La Parole de Dieu est toujours au cœur des chants, des danses, des propos.

Un concept me touche particulièrement : la Miséricorde c’est remettre « l’homme debout », lui redonner sa dignité lorsqu’il pense l’avoir perdue. Quand le cœur de l’homme est touché par une blessure profonde, aucun geste humain, aucune parole valorisante ne semblent pouvoir l’atteindre. Seule la rencontre avec le Christ peut obtenir cet effet, pour le coup « miraculeux » !

Chaque midi autour d’un pique-nique organisé, on se rencontre et on partage joyeusement. Des îles Tonga aux îles Fidji et Salomon, à la Nouvelle Zélande et l’Australie, Chacun a fait cette expérience. Après un échec, une maladie, la mort d’un proche, la douleur est là. Comment se relever pour repartir ? Ces petites ou grandes blessures de la vie conduisent à se replier sur soi et parfois… à s’aigrir au fil des années. Il devient difficile de se donner dans la confiance. On n’arrive plus à noter les gestes d’affection dont nous bénéficions. Notre regard sur la société devient de plus en plus pessimiste : le bien et le bon, nous les voyons difficilement. Nos paroles ne sont plus capables d’apaiser un conflit ou d’encourager… Rien ni personne ne semble pouvoir changer le cours de ce nouveau chemin emprunté. On est convaincu que ce chemin est celui de la vérité.

Et puis durant une retraite, un Congrès, l’ambiance amicale, la Parole du Seigneur qui résonne dans nos cœurs durant les célébrations, les chants, les temps d’adoration finissent par nous toucher au plus profond de l’être. Des larmes coulent… Jésus est bien présent dans la barque de notre cœur. Il nous rassure : la tempête fait rage dans notre vie de bien des manières, nous sommes tous habités par des peurs. Le Christ nous avait déjà orienté avant d’embarquer « passons sur l’autre rive ! ». Ne nous arrêtons sur les difficultés, les limites de chacun… nous avons un projet, une mission à accomplir ! Le Seigneur est dans la barque avec nous. On est sur le point de sombrer, mais il se dresse tout à coup dans toute sa puissance et menace les eaux… La paix se fait dans notre cœur et nous pouvons poursuivre notre voyage !

Ce fut l’expérience de ces jours de Congrès : la rencontre avec la Miséricorde du Seigneur grâce aux méditations, aux célébrations, aux chants, aux repas partagés dans l’amitié. Cette rencontre permet à chacun de retourner dans son île avec un feu renouvelé : l’envie de se donner à chacun … en posant sur nos frères le regard de compassion du Christ !

Préparons-nous au Congrès national à Lisieux, qui aura lieu du 19 au 20 février 2010. La Miséricorde du Seigneur nous y attend…. en Français !

Marie-Laure Crozet

Secrétariat du WACOM