11EME CONGRES SUR LA MISERICORDE DIVINE A PARIS

 

XIème Congrès de la Miséricorde

du vendredi 20 au dimanche 22 février 2009,

sur le thème :


« L’Eglise et le monde s’adressent à la Miséricorde Divine  »

Comme chaque année le Congrès de la Miséricorde, organisé par les Pères Pallottins de l’Apostolat de la Miséricorde Divine chez les Pères Lazaristes de Paris, a rassemblé des participants assez nombreux pour occuper toutes les places de la salle de conférence.

 Après une courte prière, le Père Eugène – au nom de Pères Pallottins – accueille les congressistes, puis il présente le programme de ces trois journées dont le premier point fort est l’ensemble des conférences données par de brillants intervenants, sur des thèmes liés à la Miséricorde et pas toujours faciles dans un monde qui s’éloigne de Dieu, mais qui répondent à des questions graves et fondamentales.


Le vendredi 20 février 2009


Monsieur Michel Maslowski, professeur à la Sorbonne Paris IV et diacre permanent, ouvre ces conférences avec le thème de  : « L’Homme est la route de l’Eglise menant le monde vers la Miséricorde de Dieu ».

Le professeur rappelle que dès l’Ancien Testament on trouve de nombreuses manifestations de la miséricorde de Dieu envers l’homme pécheur. Quelques points importants soulignés par l’intervenant : « Dieu fait collaborer l’homme à la Création et à la Rédemption par la difficulté de son travail… L’homme continue de marcher sur la route tracée en évangélisant… On distingue l’acte de compassion ponctuelle et la prédisposition constante à la magnanimité… Je vous cite les trois données importantes de la Miséricorde : Le pardon, l’aumône et la prière. »


L’après-midi, l’abbé Guilhem Le Coq médite  : « La mentalité contemporaine de l’homme semble s’opposer au Dieu de miséricorde ». « L’homme est dominé par la convoitise, la perte de confiance en Dieu, ainsi l’homme devient un loup pour l’homme, il crée une dogmatisation de son éloignement de la religion. L’athéisme opposé à l’anti bon sens est devenu une religion obligatoire, conséquence du péché originel, aussi péché du monde actuel. L’homme prétend sauver l’homme par la science et la technique et se passer de Dieu…Il nous faut revenir à la Croix, conséquence de la Miséricorde et croire en la victoire définitive du bien contre le mal…Mais l’homme est capable de Dieu dans la pire extrémité comme le rappelle la parabole du fils prodigue. »

Le Samedi 21 février 2009


Samedi, deux évêques interviennent :

Le matin Mgr Albert de Monléon sur le thème : « Dieu, Père des Miséricordes, est proche de l’homme dans le fondement de son existence et de sa dignité ». Mgr de Monléon commence par définir la dignité de l’homme et le respect de l’homme pour ce qu’il est lui-même et rappelle les exemples de la miséricorde et de la compassion de Dieu dans les Saintes Ecritures, ensuite il aborde le relèvement de l’homme par Dieu.

"Dieu va commencer à se pencher vers ceux qui sont dans l’abîme de leur péché car ils ont le plus besoin de son amour. L’homme est le reflet de la gloire de Dieu, il est unique…Rien ne fait que l’homme mérite que Dieu lui donne la vie…La miséricorde de Dieu est de restaurer l’homme pécheur dans sa dignité"

« L’homme et le monde ont besoin de la Miséricorde divine » sera commenté par Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon qui distingue trois expressions de la Miséricorde en s’appuyant sur les évangiles de la guérison du lépreux et de celle du paralytique (Me 1,40 - 2,1) :

- « Dieu veut guérir l’humanité entière défigurée par un péché profond.

- Dieu est touché par la Foi de l’Homme. Jésus guérit le cœur blessé par le péché avant le corps.

- La Miséricorde du Seigneur passe par l’élection. Le Christ est le témoin de la Miséricorde.

Le sommet de la Miséricorde c’est la Croix et le fruit en est le pardon.

D’autre part, la Miséricorde passe par les sens : Le regard, les actes, l’ouïe, le toucher et l’odorat. » (Se référer aux évangiles)

Le Dimanche 22 février 2009

Dimanche matin, Sœur Sangwina, de la Congrégation de Notre Dame de la Miséricorde à Cracovie, intervient sur un thème : « Amène-moi l’humanité entière à la Miséricorde ». Toute sa conférence est basée sur le Petit Journal de sœur Faustine. La vie de Sainte Faustine et ses révélations qu’elle a reçues de Jésus nous aide à mieux comprendre l’immense Miséricorde de Dieu pour nous et la faire connaître et partager à notre tour aux autres.

La dernière conférence est donnée par le Père Bruno Chanin, aumônier du Foyer de Charité de Poissy qui choisit la méditation pour s’exprimer sur le sujet : "Le mystère de la Miséricorde Divine trésor de l’Eglise".

"Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. (Mt 6,21) - Dieu veut sauver l’humanité entière et pas seulement les baptisés… Quatre verbes impliquent notre participation : Voir, connaître, adorer, contempler… La Miséricorde du Père est principe d’unité et de paix… Le trésor de la Miséricorde dans l’Eglise est l’offrande du Sacrifice perpétuel et les sacrements. On peut aussi ajouter les saints caritatifs, la prière universelle, les œuvres caritatives, les œuvres de paix et de justice. "

Chaque conférence est suivie par les réponses des intervenants aux questions posées par les auditeurs.

L’autre point fort qui n’est pas le moindre est la dimension spirituelle assurée par les Pères Pallottins. Le sommet de la journée est la célébration de l’Eucharistie, présidée par Mgr de Monléon (samedi) et le Père Eugène (vendredi et dimanche) dont les belles homélies complètent l’enseignement des conférenciers

Un temps important, également, est la prière à l’Heure de la Grande Miséricorde devant le Saint-Sacrement exposé et animée par sœur Sangwina au début de l’après-midi, temps favorable aussi pour ceux qui désirent recevoir le sacrement de réconciliation.

Le Congrès se termine dimanche soir, par les rendez-vous aux prochaines manifestations sur la Miséricorde Divine organisées par les Pères Pallottins et proposées à l’assemblée par le Père Eugène, un cantique de louange à la Vierge Marie sera suivi de la bénédiction finale donnée par les prêtres présents.